wrapper

FLASH INFO

C'est officiel, la campagne 2022 de commercialisation de noix brute de cajou a été lancée ce 26 février 2022 dans la cité du Bafuji.

La cérémonie de lancement a été présidée par le Gouverneur de la région du Sud-ouest, Monsieur Emmanuel ZONGO, représentant le Ministère du Développement Industriel, du Commerce de l'Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises.

Au cours de la cérémonie, le Président de la délégation spéciale de Gaoua a souhaité la bienvenue aux participants et a formulé des vœux de plein succès à la nouvelle campagne. A sa suite, le Président du Comité Interprofessionnel de l’Anacarde du Burkina Faso, Mr Ibrahim SANFO, a présenté la filière anacarde qui est porté par les maillons production, transformation et commercialisation. Selon lui, la production de cajou a connu une hausse en 2021 et a été estime à plus de cent quatre-vingt mille (180.000) tonnes de noix brute. Cependant malgré cette hausse, il a souligné que seulement 10% de cette noix est transformée au niveau local et les sous- produits ne sont pas suffisamment valorisés. Et pour inverser cette tendance, il a invité les acteurs intervenants dans la chaîne de valeur à relever les défis de la filière à travers des actions comme la promotion de la consommation locale des produits dérivés du cajou et l'accompagnement technique et financier des unités de transformation.

Un appel également lancé par le parrain de la cérémonie Monsieur Al Hassane SIENOU, Président de la Délégation Consulaire des Hauts-bassins de la CCI-BF. Selon lui, la région du Sud-ouest occupe le second rang de la production nationale de noix de cajou, cependant malgré cette position, il n'existe quasiment pas d'unités de transformation. Il a à cet effet marqué la disponibilité de la Chambre de Commerce du Burkina et de la Délégation Consulaire à accompagner la filière anacarde. Aussi, il a invité les opérateurs économiques de la région à investir dans la transformation à travers la mise en place d'unités de transformation. Toute chose qui, selon lui, contribuerait à générer des emplois supplémentaires au profit des populations de la localité.

Dans son discours de lancement, le Gouverneur de la région du Sud-ouest a dès l'entame de ses propos invité l'assistance à observer une minute de silence à la mémoire des victimes du drame de Gbomblora survenu le 21 février dernier. Il a ensuite exprimé son admiration et ses encouragements aux producteurs, aux transformateurs et aux commerçants pour les efforts consentis pour le développement de la filière anacarde. Selon Monsieur Emmanuel ZONGO, la filière anacarde occupe une place de choix au Burkina Faso et se positionne au troisième rang des produits agricoles d'exportation après le coton et le sésame. Une place de choix qui explique l’intérêt particulier que l'État porte à la filière. Il a souligné à cet effet les nombreuses réformes institutionnelles et règlementaires entreprises par l’Etat pour développer la filière. Parmi ces actions figurent :

  • la mise en place d’une interprofession ainsi que des faitières dans les différents maillons de la filière (production, transformation, commercialisation) ;
  • l’adoption en 2019 d’un décret portant autorisation de prélèvements de recettes sur les exportations et réexportation des noix de cajou, en vue de contribuer au financement de la filière ;
  • La création en 2019 du Conseil Burkinabè de l’Anacarde qui a pour mission la régulation, le suivi et le développement des activités de la filière anacarde avec son siège social à Bobo-Dioulasso ;
  • la promotion des filières porteuses dont celle de l’anacarde à travers l’adoption de la stratégie nationale de développement durable de la filière et l’Initiative anacarde qui ambitionne de porter à au moins 45% le taux de transformation de la noix d’ici à 2024.

Ces différentes réformes institutionnelles et règlementaires ont permis d’apporter l'accompagnement nécessaire aux acteurs directs de la filière anacarde.

Un accompagnement qui se traduit par :

  • l’acquisition d’un terrain de 2400 m2 pour la construction de la maison du cajou ;
  • La réalisation d’une étude pour la mise en place d’un mécanisme approprié d’accès aux financements des acteurs de la filière anacarde ;
  • la formulation d’un projet de mise à niveau des unités de transformation d’anacarde d’un coût prévisionnel de plus de 2 milliards en vue d’accroitre la compétitivité de ces dernières ;
  • le déblocage de 552 140 000 F CFA dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative de Renforcement des Capacités Productives des entreprises intervenant dans la filière anacarde (IRCP-Anacarde) ;
  • la réalisation d’une formation sur les kits KOR au profit des commerçants à Banfora et à Gaoua en novembre 2021. Les participants à cette formation bénéficieront chacun d’un kit KOR avant la fin du mois de mars 2022 ;
  • La réalisation d’une formation en entreprenariat et en leadership au profit des responsables de l’Union Nationale des producteurs d’Anacarde à Gaoua en août 2021 ;
  • La remise en septembre 2021 de matériels et équipements aux acteurs de la filière anacarde pour le renforcement de leur capacité d’une valeur globale de 122 110 000 FCFA. Ce matériel était composé de tronçonneuses, de pulvérisateurs motorisés, de motos, de bascules, de matériels informatiques, de plants d’anacardiers améliorés et certifiés et de la fumure organique.

Cependant, il n’a pas manqué de souligné que même si des acquis ont été engrangé, la filière rencontre de nombreuses difficultés. Pour relever les défis, Monsieur Emmanuel ZONGO a invité les acteurs directs et indirects de la filière à travailler dans l'unité.

Pour la campagne 2022 de commercialisation de la noix brute de cajou, le Gouverneur a annoncé le prix plancher bord champ qui est fixé à trois cent trente (330 ) franc CFA le kilogramme de noix brute de cajou. Le montant du prélèvement par kilogramme de noix brutes de cajou destinées à l'exportation est quant à lui maintenu à vingt-cinq (25) franc CFA. Pour rappel, le prix plancher bord champ du kilogramme de noix brutes de cajou est le prix en dessous duquel il est formellement interdit de vendre ou d’acheter la noix brute de cajou sous peine des sanctions prévues par les textes en vigueur.

Pour le respect de ces prix, des dispositions seront prises. Le Gouverneur a précisé dans son discours que des opérations de contrôles seront réalisées par les structures de contrôle à travers principalement la Brigade Mobile de Contrôle économique et de la Répression des Fraudes (BMCRF) en vue de réduire à leur plus petite expression les fraudes et les autres pratiques anormales constatées sur le marché.

Au terme de la cérémonie, le Conseil Burkinabè de l’Anacarde a procédé à la remise de matériels aux différents maillons de la filière anacarde (production, transformation et commercialisation). Ledit matériel destiné à accompagner les acteurs pour le développement de la filière est composé de :

  • 16 000 sacs en jute ;
  • 50 kits de production de miel ;
  • 57 kits d’équipements de pépiniéristes ;
  • et un nombre important de mobilier de bureau et de logement.

L’ensemble de ce matériel est d’une valeur totale de Soixante sept millions deux cent quatorze milles quatre cent quatre-vingts quatre vingt dix (67 214 490) Franc CFA.

 

LE CBA, LA RÉGULATION AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT INCLUSIF ET DURABLE DES CHAINES DE VALEUR.

Service de la Communication et des relations publiques/CBA

Laissez un commentaire

logo bas

PARTENAIRES

CONTACTS

Tél: +226 20 98 23 23
      +226 20 98 13 23

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

01 BP. 2179 Bobo Dioulasso 01

Bobo-Dioulasso

BURKINA FASO